5 choses que les anti-orthographe ne comprendront jamais - Le Français Sympa

5 choses que les anti-orthographe ne comprendront jamais

5 choses que les anti-orthographe ne comprendront jamais

Vous avez compris l’importance de soigner votre écriture.

Pourtant, les anti-orthographe sont convaincus que maîtriser la langue revient à être « cucu ». Ils pensent que vous êtes un fayot, ce premier de la classe qui accorde de l’importance à quelque chose qui n’en a pas. Que vous êtes focalisé sur la forme en délaissant le fond. Que vous êtes superficiel.

Ils pensent que savoir écrire est inutile de nos jours et vous considèrent comme un « has-been » qui perd son temps pour se faire bien voir de ses collègues, de l’Administration, de ses amis.

Et pourtant…

Vous aimez la langue si bien que vous voulez la comprendre et en appliquer les règles. Car vous savez que c’est indispensable, dans notre société d’apparence. Vous attachez de l’importance aussi bien au fond qu’à la forme. Vous ne vous considérez pas comme fayot mais comme quelqu’un qui souhaite reconquérir sa confiance à l’écrit.

Vous savez que l’orthographe est tout sauf superficielle, qu’elle est la base-même de toute relation écrite et que, sans sa maîtrise, c’est la porte ouverte à l’anarchie sociale et professionnelle. Vous savez que vous êtes jugé sur l’orthographe.

Alors, qu’est-ce que les anti-orthographe ne comprendront jamais sur l’importance de l’écriture ?

  1. Ils ne comprennent pas que les règles sont faites pour être appliquées

En société, une règle est là pour servir la civilisation, pour montrer qu’on ne fait pas n’importe quoi.

 

Et à quoi cela sert de ne pas faire n’importe quoi, au fond ? À être accepté, intégré, inclus, considéré et reconnu. Bien sûr, vous le savez.

 

Vous êtes reconnu comme citoyen respectueux des codes, donc vous pouvez agir et interagir librement, dans la limite du respect des règles.

 

Toute règle sert à garantir le maintien de l’ordre public, de la discipline sociale.

Sur la route, vous êtes soumis aux règles. Quand vous entrez dans un restaurant, vous êtes soumis aux règles. En entreprise, vous êtes soumis aux règles.

La langue française a ses règles, vous y êtes soumis aussi, comme tout le monde. Sans exception. Si vous ne les respectez pas, vous êtes à la marge, vous n’êtes pas dans le groupe, vous êtes rejeté. Et le monde du travail vous le rappelle sans cesse.

 

  1. Ils ne comprennent pas que l’orthographe est une vitrine

 

L’orthographe est un marqueur social évident. Elle donne une image de vous. Elle est votre image.

 

Cela montre que vous respectez les règles, que vous connaissez votre langue. Que vous êtes instruit et qu’on peut vous faire confiance pour la rédaction d’un courrier, d’un compte-rendu, etc.

 

Une faute entraîne encore des réactions intolérantes dans un monde pourtant de plus en plus tolérant. C’est l’un des paradoxes de notre époque.

L’orthographe est ultra discriminante. On le voit au travail, quand un employeur épluche des dizaines de CV, il ne s’attarde pas sur ceux qui sont viciés de fautes.

L’école joue un rôle important dans l’apprentissage de l’écriture, mais c’est loin d’être la seule composante de votre maîtrise.

 

La famille, le cadre socio-familial dans lequel vous évoluez, sont d’autres facteurs… Mais ce n’est pas tout, il y a aussi vous. Oui, vous.

Êtes-vous du genre à vous « moquer » éperdument de savoir si le participe passé du verbe parler s’accorde quand il est pronominal ou à renoncer à comprendre pourquoi il ne s’accorde pas par facilité ?

 

D’ailleurs, si 84 % des Français sont gênés lorsqu’ils font une faute d’orthographe et pensent que cela ternit leur image, c’est qu’ils sont conscients de l’image qu’ils renvoient.

 

Avoir une bonne orthographe fait partie des comportements sociaux.

 

  1. Ils ne comprennent pas que l’orthographe fait vendre

Imaginons que vous voulez acheter un iPhone sur LeBonCoin.

 

Achèterez-vous chez Jorge ou chez Georges ?

 

 

Le sérieux d’une annonce passe par l’absence de fautes. C’est plus rassurant pour celui qui veut acheter.

 

Vous l’aurez compris, trop de fautes compromettra la vente.

En d’autres termes, les fautes vous feront perdre de l’argent.

 

  1. Ils ne comprennent pas qu’une mauvaise orthographe porte préjudice au travail

 

Est-ce que vous dites des gros mots ? Certainement, car ce n’est plus un tabou comme fut un temps.

L’orthographe, par contre, reste un tabou, surtout au travail.

Près de neuf personnes sur dix se disent choquées quand elles repèrent une erreur dans un courrier administratif ou professionnel, selon une enquête Ipsos pour les Editions le Robert, menée dans le cadre du lancement du Robert correcteur, en 2014.

On peut peut-être vous tolérer une orthographe incertaine dans les lettres privées, dans les SMS.

Mais si vous faites une faute dans le milieu professionnel, il y a une sanction sociale, vous risquez d’être mal jugé, de subir des effets sociaux désagréables.

 

Et cela peut vous bloquer l’accès à une promotion alors que tout va bien par ailleurs !

 

Pire, vous faire licencier si votre niveau en écriture est trop bas et engage sérieusement l’image de marque de votre employeur.

 

L’orthographe est l’une des disciplines fondamentales que vous apprenez dès le plus jeune âge dans le milieu scolaire.

 

Quand vous êtes enfant, vous faites régulièrement des dictées dans le but d’apprendre à écrire de façon correcte.

 

Malgré tout, de nombreuses personnes rédigent des courriers remplis de fautes et cela peut leur porter préjudice.

 

On me dit parfois que cela n’a pas d’importance, que nous sommes tous différents et que cela ne change rien puisque l’on arrive tout de même à se faire comprendre.

 

C’est une manière de voir les choses mais ce n’est pas la réalité. La facilité n’est d’ailleurs jamais un choix performant.

 

En effet, lorsque l’on écrit une lettre de motivation pour trouver un travail, il est évident qu’un employeur regardera attentivement un courrier propre, soigné et sans la moindre erreur.

 

Dans le cas contraire, il le mettra de côté et n’y prêtera pas la moindre attention.

 

Il faut bien comprendre que la concurrence dans le monde du travail est rude et que la sélection s’avère parfois compliquée.

 

L’orthographe reflète votre personnalité et le respect de l’autre.

 

Je suis d’accord avec vous : la langue française est complexe, ce n’est pas facile d’écrire sans la moindre faute et certains d’entre vous sont plus faibles à ce niveau-là que d’autres.

 

  1. Ils ne comprennent pas que l’orthographe apprend la rigueur dans la vie

Maîtriser l’orthographe, c’est maîtriser sa langue maternelle, celle qui vous permet aussi bien de communiquer avec vos amis que votre famille.

Or, la communication est un facteur essentiel, en particulier dans le monde du travail.

On peut avoir fait de très longues études, et quand même avoir une mauvaise orthographe. C’est problématique dans l’écriture des mails, des rapports, des études…

Bref, au quotidien.

Mais ce n’est pas tout.

L’orthographe est une excellente base à bien des choses, à commencer par la rigueur, une vertu qui vous sera utile tout au long de votre vie.

Maîtriser sa langue et toutes ses subtilités est fondamental, car cela représente un socle, une base dans la vie.

Aussi bien pour la matière en elle-même, que pour la compréhension des autres.

Pro-orthographe et anti : mêmes besoins et pourtant deux mentalités antagonistes

Ceux qui ont compris que l’orthographe était l’instrument du sérieux, de la rigueur et de la crédibilité, ont une longueur d’avance sur ceux qui n’ont pas pris encore la mesure du problème qui frappe nos contemporains.

Prendre conscience, c’est déjà un pas vers votre développement personnel et professionnel.

L’évolution technologique de la société bouleverse notre communication écrite et nos réflexes de langues.

Mais l’orthographe ne cessera jamais d’être votre image, d’engager votre crédibilité à l’extérieur.

Moi-même, je ne suis pas parfaite en langue, mais j’essaie de tendre vers le meilleur.

Alors, je vous souhaite de tendre, vous aussi, vers ce meilleur !

Claire-Sophie
 

>