« a » ou « à »? - Le Français Sympa

« a » ou « à »?

a ou à ?

Avoir ou ne pas avoir… telle est la question.

Car nous parlons ici de la distinction à faire entre le a (issu du verbe avoir) et le à (préposition).

Les deux se prononcent exactement de la même façon mais n’ont pas du tout la même fonction dans une phrase, ils ne veulent absolument pas dire la même chose.

La règle du a est essentielle à maîtriser puisqu’elle constitue une règle de base du français.

Le a, qu’il soit avec ou sans accent, est dans tous les discours, et tous les registres de langue : familier, courant et soutenu. Il a de la peine ; Elle n’a pas que cela à faire ; Il a affaire à ce truand...

Il s’agit donc d’en maîtriser la différence.

Définitions et astuces pour éviter la confusion

Exemples de phrases avec a et à

Quelques expressions typiquement françaises avec à

  • Avoir affaire à (quelqu’un) = négocier, être en rapport avec quelqu’un dans une situation de concurrence
  • Avoir à faire (quelque chose) = devoir faire, être obligé d’exécuter quelque chose
  • Savoir à quoi s’attendre = connaître le futur ou bien maîtriser une situation, ne pas être déçu, être lucide sur ce qui va se passer
  • À peine = très peu, tout juste
  • À demi-mot = sans exprimer clairement, sans qu’il soit nécessaire de tout dire
  • À vrai dire = pour parler avec sincérité, pour dire la vérité
  • À tout à l’heure = à dans peu de temps, à très vite, à plus tard
  • À tout prix = absolument, sans faute, quoi qu’il arrive
  • À jamais = pour toujours, pour l’éternité

Bien sûr, cette liste n’est pas exhaustive car il existe une quantité d’autres expressions formées avec la préposition à… mais vous en avez un aperçu intéressant.

À vos cerveaux

Choisissez entre a et à pour donner du sens aux phrases suivantes.

Posez-vous la question suivante : peut-on remplacer le a par avait dans la phrase ?

  1. Je pars … la mer.
  2. Ils sont revenus … la fin du livre.
  3. Il n’a pas de mal … s’y faire.
  4. Il … affaire … des gens malhonnêtes.
  5. … vrai dire, elle n’… pas envie.
  6. Allons … Londres demain.
  7. Mathilde … peur de perdre.
  8. Gary … eu de la chance.
  9. Valérie … joué avec le feu.
  10.  … toute chose, malheur est bon.
  11. Jean … beaucoup … faire.
  12. Ce plat est … base de carottes.
  13. …-t-il fini son travail ?
  14. J’aime l’œuf … la base de bien des recettes.

Correction

  1. Je pars à la mer. (car on ne peut pas dire Je pars avait la mer).
  2. Ils sont revenus à la fin du livre. (car on ne peut pas dire Ils sont revenus avait la fin du livre)
  3. Il n’a pas de mal à s’y faire. (car on peut dire Il n’avait pas de mal)
  4. Il a affaire à des gens malhonnêtes. (car on peut dire Il avait affaire)
  5. À vrai dire, elle n’a pas envie.
  6. Allons à Londres demain.
  7. Mathilde a peur de perdre.
  8. Gary a eu de la chance.
  9. Valérie a joué avec le feu.
  10.  À toute chose, malheur est bon.
  11. Jean a beaucoup à faire.
  12. Ce plat est à base de carottes.
  13. A-t-il fini son travail ?
  14. J’aime l’œuf à la base de bien des recettes.
Claire-Sophie
 

>