Fautes d’orthographe | Comment être enfin pris au sérieux au travail ?

Comment être enfin pris au sérieux au travail ?

Comment être enfin pris au sérieux à l’écrit au travail ?

 

Vous avez tout tenté.

Les correcteurs orthographiques. La correction de vos textes par votre mère. L’Orthographe pour les nuls. Les blogs d’orthographe. Les tests d’orthographe.

Mais rien n’a changé.

Vous avez besoin d’autre chose pour vous imprégner enfin de ces règles qui vous semblent rébarbatives, complexes et inutiles. Vous voulez du pratico-pratique.

Et je vous rassure, il n’est jamais trop tard pour progresser, quel que soit le domaine, et précisément en orthographe et en grammaire.

Alors, voici pour commencer, quelques conseils pour vous aider un peu en français.

Quelles sont les solutions pour m’améliorer en français ?

 

  1. Détectez la nature de vos fautes d’orthographe

 

Je sais que la langue française est complexe et subtile, mais si c’est votre langue maternelle, il y a des fautes d’orthographe qui sont simplement inacceptables et qui entraînent de méchantes moqueries, surtout au travail où on ne vous fera pas de cadeau !

  • S’agit-il d’orthographe « pure » ? Exemple : le verre d’eau et non le ver d’eau ; les pâtes à la bolognaise mais les pattes du chat.
  • S’agit-il d’orthographe grammaticale (écriture des mots selon leur usage) ? masculin, féminin, singulier, pluriel, accords, conjugaison, compléments, etc.

Ceci pour vous dire qu’il vous faut connaître l’origine de vos faiblesses pour orienter, adapter vos exercices.

 

  1. Revoyez les règles de base de l’orthographe et de la grammaire

 

Rien de mieux qu’un classique comme Le Bescherelle ou Le Bled pour avoir à portée de main toutes les notions fondamentales à maîtriser.

Si vous avez la « flemme » des versions papier, je vous invite à vous tourner vers les versions dématérialisées (Bescherelle.com ou leconjugueur.lefigaro.fr).

Vous pouvez aussi vous aider de mon ebook L’Orthogrammier Sympa qui rassemble de façon illustrée les règles élémentaires du français pour les salariés qui en ont assez de se poser des questions.

C’est un ebook qui se lit comme un calendrier, sur 365 jours, en deux minutes par jour. Chaque page est unique et sympa. Vous y trouverez aussi bien des règles que des exercices.

Découvrez mon ebook ici !

Cela vous permet d’évaluer votre niveau de français et de vous positionner par rapport aux exigences requises.

Pour gagner en confiance, vous devez impérativement être incollable sur :

  • l’accord des adjectifs
  • l’accord des nombres
  • l’accord des participes passés
  • l’accord des verbes
  • les pluriels des noms et adjectifs
  • les adjectifs possessifs

…mais pas que (il y a tant à savoir) !

  1. Lisez pour étoffer votre vocabulaire

Vous pouvez lire les classiques (et les moins classiques) de la littérature française.

Vous pouvez effectivement lire aussi bien Victor Hugo que Michel Houellebecq, Marc Levy ou Guillaume Musso.

Si vous êtes perdu dans les rayons de librairie, orientez-vous vers des livres ayant reçu le prix Goncourt, Renaudot, Fémina ou le Grand Prix du roman de l’Académie Française.

  1. Développez votre sens de l’observation

Affinez votre analyse des phrases, soyez pointilleux, tatillon et questionnez-vous, osez vous remettre en question dans une logique d’amélioration continue. Gardez en tête que vous avez toujours à apprendre, quelle que soit votre qualification professionnelle et peu importe votre âge…

  1. Soyez exigent avec vous-même et avec les autres

 

Faites-vous violence, ouvrez les manuels de remise à niveau, soyez exigent sur vos savoirs et corrigez les fautes des autres, dans la courtoisie (bien sûr) et dans une démarche de progrès collégial.

Osez être libre de vous exprimer sur les fautes !

  1. Faites régulièrement des dictées

 

Non, la dictée n’est pas l’apanage des enfants et des jeunes, elle doit être vue par tous, quel que soit l’âge, comme un moyen efficace et complet d’apprendre et maîtriser le français.

En faisant ce genre d’exercice, vous pouvez en effet absolument tout travailler : de l’orthographe à la grammaire, en passant par le vocabulaire et la syntaxe.

Je ne vous demande pas non plus de faire une dictée par jour mais deux ou trois par semaine, avec un niveau de difficulté croissant… en demeurant bien sûr régulier dans la pratique, au risque de voir s’écrouler les bénéfices.

Le technique de la dictée se divise en trois étapes majeures :

  • La lecture intégrale du texte pour débuter. Cette première écoute permet de cerner les pièges et d’estimer le niveau du texte.
  • La lecture par groupes de mots. C’est le moment de l’écriture qui oblige à faire attention à toutes les disciplines : orthographe, syntaxe, grammaire, conjugaison… Seule l’orthographe des noms propres est donné.
  • La relecture personnelle, qui permet de voir s’il n’y a pas des oublis de mots, d’accords, des majuscules. Il est indispensable de respecter la ponctuation et notamment la présentation pour les dialogues.
  1. Relisez-vous systématiquement

 

Vous êtes en train de rédiger votre compte-rendu de réunion, et catastrophe ! Vous réalisez que vous avez fait plein de fautes, mais que vous n’avez pas le temps de vous relire car vous devez le remettre à votre patron dans cinq minutes…

Comme vous le savez, votre précipitation peut entraîner des erreurs d’étourderie, de frappe, d’accords…

Aujourd’hui, même si le correcteur d’orthographe est présent lorsqu’on rédige sur ordinateur, il ne peut pas tout rattraper. Il y a des techniques pour relire et minimiser les fautes : lire à haute voix, relire à l’envers, en partant de la fin du texte, relire dans le désordre ou idéalement faire relire par quelqu’un d’autre (ce qui n’est pas évident pour un email professionnel ou impossible pour une discussion instantanée).

Alors, je vous conseille de vous relire.

En long, en large et en travers, relisez-vous, décortiquez-vous pour être crédible dans vos courriers officieux ou officiels. Vous savez que vous serez lu par une personne extérieure et vous serez inévitablement (j’insiste) jugé sur le fond et sur l’enrobage…

Ne prenez pas le risque d’entacher votre crédibilité et de perdre en confiance, allouez un temps à la relecture même si cela suppose de faire des heures supplémentaires. Ayez la conscience tranquille, vous êtes un professionnel investi et sérieux.

Et n’oubliez pas, votre orthographe est votre vitrine et en communiquant avec l’extérieur, vous représentez l’image de marque de votre employeur.

Ne risquez pas la convocation chez le supérieur pour insuffisance professionnelle… j’évoque cela pour attirer votre attention sur l’éventualité d’être licencié en cas d’un nombre de fautes d’orthographe trop important (cela dit, c’est extrêmement rare mais sachez que cela existe). Prudence, donc !

  1. Formez-vous !

 

Loin de l’aveu de faiblesse : la formation. Osez demander de l’aide (il n’y a pas de mal à cela, au contraire : demander de l’aide exige du courage), vous n’êtes pas des robots mais des humains avec vos forces et vos failles, vos limites.

Pourquoi l’aide d’un tiers ? Car c’est un accompagnement personnalisé dont vous avez besoin, une aide véritablement humanisée et adaptée qui puisse considérer vos besoins au plus près et vous conseiller en tenant compte de votre unicité, ce que l’Ecole ne fait pas faute de moyens, d’expertise et de temps.

Osez envisager l’apprentissage comme une valeur ajoutée à votre parcours déjà riche et considérez votre formation comme un amusement et non comme une contrainte !

Il en va de votre crédibilité !

La maîtrise de l’orthographe n’est pas une histoire de talent ou de don. C’est une histoire de méthode et d’application. C’est une bonne nouvelle, car c’est à la portée de tous !

Bons écrits !

Besoin d’aide en français ?
What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

Claire-Sophie
 

>